Actualités musicales

Tears For Fears – Songs From The Big Chair

Songs From The Big Chair est le deuxième album du groupe Tears for Fears, sorti le 17 février 1985, produit par Chris Hughes et David Bascombe. Il a fêté ses trente ans cette année. A sa sortie, il remporte d’emblée un énorme succès en se classant numéro 1, un peu partout sur la planète (dont les États-Unis un peu plus tard dans l’année, durant cinq semaines consécutives).

Le titre de cet album est inspiré d’un téléfilm américain diffusé à la fin des années 1970, intitulé Sybil, qui a pour sujet le parcours d’une jeune femme souffrant de multiples personnalités, qui ne se sent en sécurité qu’auprès de son psychanalyste, sur ce qu’elle appelle « la grande chaise » (the big chair) c’est-à-dire le fameux divan, l’un des symboles typiques de la psychanalyse.

L’album composé de 8 pistes, s’ouvre sur le tube légendaire Shout, qui peut être considéré encore aujourd’hui, comme l’un des plus grands hits des années 80. Ce morceau, mélange de son électro et de guitare rock composé par Roland Orzabal aidé de Ian Stanley, s’accroche rapidement au sommet des charts internationaux en 84–85 et devient ainsi numéro 1, en Allemagne, en Australie, en Belgique, au Canada, aux Pays-Bas, en Suisse, etc.

Durant l’été suivant, aux Etats-Unis; Shout, dont la durée standard est de plus de 6 minutes, sera classé 1er du Billboard Hot 100 et figurera dans le top 10, dans 25 pays, tout au long de l’année 1985

La particularité de cet album est sa musicalité. Car bien qu’issu de la scène new wave, le groupe Tears For Fears est un groupe qui utilise de vrais instruments. Le saxophone qui introduit la seconde chanson, The Working Hour nous en plein les oreilles. La voix de Roland Orzabal nous séduit, sur cette musique qui nous envoûte et nous berce pendant plus de 6 minutes.

Mais, ce n’est que le début des réjouissances. Tears For Fears réitèrent un nouveau carton, grâce au morceau suivant, le très pop Everybody Wants to Rule the World, nouveau tube mondial, qui atteint rapidement la 1ère place du podium aux États-Unis, alors friands de groupes new wave à la Duran Duran, (ainsi que dans plusieurs autres pays dont le Canada et la Nouvelle-Zélande), et permet au disque dont il est issu, de se vendre sur les terres américaines à plus de 5 millions d’exemplaires, au fil des années qui suivent.

Mothers Talk, le quatrième morceau du disque, est le premier single sorti en amont de l’album, en août 1984, soit presque 6 mois avant. Le thème de la mère est très présent dans le répertoire du groupe. Roland Orzabal et Curt Smith, ayant été tous les deux élevés uniquement par leurs mères.

I Believe est une autre pièce majeure de cet album, certainement une des meilleures compositions de Tears For Fears, l’ambiance feutrée qui s’en dégage, hypnotisés par le saxophone qui résonne en fond sonore, nous incite à l’écouter de manière solennelle. Ce morceau fera office de dernier single et sortira le 30 septembre 1985.

Broken débarque avec ce son rock, qui embarque l’auditeur dans une spirale sonore infernale, des bribes du titre suivant Head Over Heels, se font déjà entendre. La titre parle de rupture, ça fait mal, blessé, les riffs de guitares nous ont bien abîmés. Nous sommes sonnés.

Head over Heels / Broken (live), débute avec sa mélodie entêtante et fera office de 4ème single. Un titre qu’on se plait volontiers à fredonner. Il est intéressant de constater que ce titre est couplé avec le titre Broken, cette fois présenté en live. Il semblerait qu’au final les deux titres soient complémentaires. Cette conversation entre les deux morceaux est en tout les cas très originale.

L’album se termine par le titre Listen, dont la longue introduction instrumentale est à saluer, ponctué de bruits de fond étranges, jusqu’à l’apparition de la voix de Roland Orzabal qui sera plus tard accompagnée par des chœurs pour soutenir son discours, rendant à la chanson un caractère énigmatique, avec une parfaite intervention des guitares, comme une ponctuation indispensable à l’équilibre du morceau. Une réussite musicale qui clos admirablement le disque.

Tears for Fears à cette période est partout. Les clips vidéos des chansons tirées de l’album sont alors diffusés en boucle sur la récente chaîne musicale MTV, faisant à ce moment-là de Tears For Fears (et de Roland et Curt, alors âgés d’à peine 23 ans !) un vrai phénomène.

Pour la petite histoire, Songs from the Big Chair est l’un des premiers albums à profiter du format Compact Disc, avec le Brothers in arms de Dire Straits, et les albums de The Alan Parsons Project.

Avec cette consécration, les années 1985 -1986 sont en conséquence marquées par des tournées internationales incessantes, dont un concert au célèbre Festival de jazz de Montreux en 1985.

Plus tard dans l’année parait une vidéo, à la fois documentaire et compilation de clips, intitulée Scenes from the Big Chair; alors que durant l’été 85, les deux premiers singles de Tears for Fears sont ré-édités au Royaume-Uni, atteignant cette fois-ci le Top 75.

Cet album s’est vendu depuis sa sortie en 1985 et jusqu’à présent à près de 12 millions d’exemplaires à travers le monde, tous supports et rééditions confondus.

Aux États-Unis, il s’est classé à la première place du Billboard 200 pendant cinq semaines consécutives, demeurant dans les charts américains durant pas moins de 68 semaines d’affilée (avec plus de 5 millions d’exemplaires écoulés sur ce seul marché — certifié cinq fois disque de platine).

Sébastien Mouton, le 07/11/15

Sources : Wikipédia

Titres de l’album

1. Shout
2. The Working Hour
3. Everybody Wants to Rule the World
4. Mothers Talk
5. I Believe
6. Broken
7. Head over Heels / Broken (live)
8. Listen

Commentaires :

RockThisWeb : Toute l'actualité musicale