Actualités musicales

Lana Del Rey – Honeymoon

Honeymoon est le cinquième album de l’artiste auteure-compositrice-interprète américaine Lana Del Rey sorti le 18 septembre dernier. Composé de 14 morceaux, il s’ouvre sur le titre Honeymoon, titre langoureux, dans la continuité de l’univers de la jeune chanteuse, qui vient d’avoir trente ans.

Elle revient avec cet opus à ses premières inspirations. Lana Del Rey, serait-elle déjà à bout de souffle? Après un détour plus rock, avec son précédent album Ultraviolence, qui n’a pas rencontré le même succès, que Born To Die l’album qui l’a fait connaître internationalement, elle amorce un retour aux sources.

Elle revient à ses premiers amours, aux ambiances où le spleen est roi et où les idoles du passé sont omniprésentes et peuplent cet univers très proche de David Lynch, où Lana Del Rey pourrait parfaitement en être une icone. Une musique qui nous hypnotique, comme le fait si bien, le morceau d’ouverture, Honeymoon, premier titre diffusé sur you tube le 14 juillet 2015.

Dans la continuité, Music To Watch Boys To dévoilé le 11 septembre 2015 avant la sortie de l’album, est une prolongation de l’histoire contée par Lana Del Rey, jusqu’au titre Terrence Loves You diffusé quand à lui le 21 août dernier, plus précis, comme le suivant, God Knows I Tried, où loin du flou artistique du début, ces chansons parviennent à acquérir une identité propre.

Avec Hight By The Beach, morceau aérien qui respire les grands espaces, Lana Del Rey parvient à maintenir l’attention de l’auditeur. Fluide et mélodique, ce morceau se ballade dans notre esprit, comme Lana Del Rey déambule dans le clip, qui rend hommage aux années 50.

Freak le titre suivant, plonge l’auditeur dans les profondeurs de l’univers de Lana Del Rey, résolument sensuel et hypnotisant. Lana Del Rey a eu raison de celui qui au hasard, s’est pris à l’écouter. La chanson Art Deco qui suit, parle de l’image que nous avons et que l’on veut se donner.

Burnt Norton (Interlude) sert de transition, à rappeler à l’auditeur, l’essentiel.  Lana Del Rey nous explique dans Religion, l’importance de croire en quelqu’un ou à une entité supérieure. L’énigmatique Salvadore, brouille les pistes. Lana Del Rey scande à qui veut l’entendre, ce nom, jusqu’au bout de la nuit, à l’infini. Ce chant plaintif, habité se relève vraiment poignant. Il est évident que Salvadore a une grande importance pour elle, sans pour autant savoir s’il s’agit d’une personne ou d’un endroit. L’énigme reste entière.                

Dans The Blackest Day, Lana Del Rey évoque les années noires, avec une certaine pudeur, où il est plaisant de s’y enfoncer encore et encore. Comme un refuge, à l’abri du bonheur. Une réflexion intelligente sur le repli d’une personne, une fois que l’autre est parti. Avec 24, elle évoque le manque de temps dans une journée. Si peu en somme, pour faire tout ce qu’elle souhaiterait faire. La chanson prend des envolées lyriques au moment du refrain, pour amplifier le message.

Swan Song nous met en transe, Lana Del Rey, scandant dans le refrain le titre de morceau. La chant du cygne, que Lana Del Rey semble connaître sur le bout des doigts. Au final, elle décide de clore ce nouvel opus, avec le titre Don’t Let Me Be Misunderstood, une reprise plutôt réussie, agréable à écouter, sans pour autant faire oublier l’original.

Honeymoon se révèle au final, un album dense et riche en émotions, réclamant une attention particulière pour en saisir toute la portée. Un disque plus mature, mais toujours guidé par la même envie, nous noyer dans le spleen qui est le sien et que désormais on reconnait sans ambiguïté. La maturité.

Sébastien Mouton, le 19 octobre 2015

  1. Honeymoon
  2. Music To Watch Boys To
  3. Terrence Loves You
  4. God Knows I Tried
  5. Hight by The Beach
  6. Freak
  7. Art Deco
  8. Burn Notion (Interlude)
  9. Religion
  10. Salvatore
  11. The Blackest Day
  12. 24
  13. Swan Song
  14. Don’t Let Me Be Misunderstood

Commentaires :

RockThisWeb : Toute l'actualité musicale