Actualités musicales

Garbage « 20 Years Queer »

Ils sont nombreux les fans de Garbage, le samedi 7 novembre 2015,  à attendre le soir au Zénith de Paris, l’arrivée du groupe phare de la scène rock alternative des années 90. Le groupe célèbre les vingt ans de leur premier album, initiale Garbage qui remporta lors de sa sortie en 1995, un énorme succès tant auprès du public, qu’auprès des critiques. Ce concert d’anniversaire nous promet des surprises de taille. Irons-nous jusqu’à voir des éléphants roses?

Le groupe Dutch Uncles qui assure la première partie nous informe, que cette célébration sera exceptionnelle. Une fois leur prestation terminée, la lumière réapparaît. Garbage ne va pas tarder. En effet à peine dix minutes plus tard, l’écran au dessus de la scène s’allume. Et la vidéo « Alien Sex Friends » illustrant le groupe à ses débuts est diffusée. On se plait à observer Shirley Manson et ses acolytes Butch Vig, Duke Erikson et Steve Marker, nager en pleine euphorie. La vidéo se termine et fait place à la musique. Les spots sur scène s’allument, derrière un rideau blanc.

Le concert débute avec le titre Subhuman, suivi de Supervixen. En ombre chinoise, on reconnait la silhouette de la chanteuse évoluer sur scène avec ses compatriotes de toujours. Ça déménage. Le rideau tombe enfin, Shirley Manson, les cheveux teints en rose, toute souriante, dit bonjour au public. Acclamée par la foule, les fans agglutinés dans la fosse sont transi d’amour, pour l’icône de la scène alternative, Shirley Manson.

De merveilleux souvenirs rejaillissent soudain dans nos mémoires. Shirley Manson s’exprime longuement sur sa joie d’être ici ce soir et sur le bonheur de faire partie du groupe depuis vingt ans. Elle termine son allocution en déclarant à ses acolytes, qu’ils sont toute sa vie. Et la musique reprend de plus belle. Le légendaire Queer est enfin interprété, le public est extatique devant la présence et le charisme de Shirley Manson, qui déambule avec allégresse sur scène.

Pour fêter la sortie de leur premier disque, Garbage joue tous les morceaux de l’album, dans un ordre totalement aléatoire, allant même jusqu’à interpréter des B-sides. Le groupe est heureux d’être sur scène, le public est réceptif à chaque histoire, chaque anecdote racontée par la chanteuse.

Elle nous parle de leur première visite à Paris, capitale de la gastronomie et l’absurdité de se retrouver à manger dans un fast-food amélioré de la capitale. L’ironie est à l’honneur. Et à défaut de voir des éléphants roses, on apercevra le sourire aux lèvres, des spectateurs parés de perruques roses, et des boas en plumes roses, dans la fosse et dans les gradins en référence à celles qui recouvrent la pochette de cet album mythique.

Les lumières sont soigneusement ajustées à chaque morceau et permettent de les mettre en valeur. A chaque titre, une ambiance, permettant à Shirley Manson d’incarner chaque chanson. Et quand les premières notes de Milk se font entendre, c’est l’émotion.  Tous les spectateurs sont hypnotisés par ce chant plaintif et désespéré. L’interprétation des titres de l’album se poursuit avec  Fix Me Now, ou le trop court Sleep.

Plus tard sur Stupid girl, le groupe fait durer le plaisir, il débute l’introduction pour mieux s’arrêter, créant un certain suspense. Puis ils repartent de plus belle et le public finit par reconnaître le célèbre morceau, et certains se lèvent pour danser. Shirley Manson n’hésite pas à relever sa robe rose, naturellement, sans provocation, dans le feu de l’action. Le public est conquis et en redemande.

Shirley Manson s’adresse au public de nouveau, lui sourit et aperçoit une pancarte et demande à ce qu’on lui apporte. Elle la récupère et surprise elle découvre une photo d’elle avec son chien. Elle est très émue et ne cesse de remercier la personne qui lui a donné. Une des chansons de l’album initiale Garbage intitulée Dog New Trick est interprétée dans la foulée. Un bel hommage à cet animal de compagnie qu’elle chéri tant.

I’m Only Happy When It rains suivi de Vow débarquent et la folie continue, le public est en transe. Shirley Manson est déchaînée. Puis elle présente les membres uns à uns. Ces derniers enthousiastes lui rendent la pareille en scandant à l’assemblée « Shirley Manson ».

Puis, le guitariste annonce qu’ils vont jouer des b-sides de l’album, l’euphorie repart de plus belle. Kiss My Ass sera à l’honneur. Le titre électrise la foule et Garbage dégaine de nouveau avec Driving Lessons. Le groupe quitte la scène et fait semblant de partir.

Le public n’est pas dupe. Et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ils reviennent sur scène et s’octroient le luxe d’interpréter un titre de leur troisième album, Cherry Lips (Go Baby Go!), morceau à mi-chemin entre le rock et l’électro,  très apprécié du public, conscient que Garbage lui réserve à coup sûr, d’autres entourloupes de la même espèce.

La surprise est de taille, les premières notes de Push it, guitares hurlantes, dévastent tout sur leur passage, le public est débout! Ce titre est un virus auquel l’auditeur est obligé de succomber et en live il s’avère encore plus redoutable. Shirley Manson s’adresse de nouveau au public, rappelle encore une fois, à quel point elle est heureuse de fêter cet anniversaire.

Butch Vig s’approche du micro et adresse des remerciements chaleureux aux fans, qui les ont suivis toutes ces années. Puis, Shirley Manson nous confie, qu’après cette célébration, ils rentrent chez eux la semaine prochaine. Un nouvel album de Garbage est en préparation.

Le groupe quitte la scène sous un tonnerre d’applaudissements. Pari réussi, pour Garbage, dont les titres n’ont pas pris une rides.  Shirley Manson adresse avant de partir le plus beau message d’amour au public « Fuck you Paris », en brandissant fièrement deux doigts d’honneur. Tout est dit.

Sébastien Mouton, le 09/11/15

 

Commentaires :

RockThisWeb : Toute l'actualité musicale