Actualités musicales

Eurythmics – We Too Are One

We Too Are One, le septième album du groupe Eurythmics, sort en 1989. Cet opus composé de 10 titres, s’étend sur une large palette pop. La variété des morceaux et la richesse des textes, interprétés avec brio par Annie Lennox sont à saluer. Sur ce disque, on évolue dans différentes atmosphères, on y cotoie différents sentiments, la résignation romantique dans « Don’t Ask Me Why« , et une certaine forme de mélancolie, succurant la fin d’un cycle. En effet après la tournée « World Revival Tour » qui suivit la sortie de l’album, les membres d’Eurythmics décidèrent de se séparer, pour entamer des carrières solos.

L’album We Too Are One est entré directement numéro un au Royaume-Uni, où il a été certifié double disque de platine. Quatre titres sont sortis en single et ont tous  atteint le top 30 UK.

Revival ouvrit la période comme premier single, illustré par un clip très coloré, où les deux membres du groupe Eurythmics évoluent dans les rues et dansent en compagnie des gens qu’ils rencontrent dans la joie et la bonne humeur, totalement dans l’esprit du thème de la chanson basé sur le renouveau.

Dans le second extrait, « Don’t ask me why?« , il est question d’un homme qui se tourne vers son ancienne femme car il se sent délaissé. Celle-ci lui rappelle le comportement qu’il a eu (il ne montrait pas ses sentiments, il faisait des promesses mais ne les tenait pas) et lui fait réaliser que son état actuel est la simple conséquence de ses précédents actes. Dans le refrain, « And you say why ? – Don’t ask me why », elle lui fait clairement savoir qu’il doit se rendre à l’évidence et que sa vie est gâchée à cause de l’attitude qu’il a eu envers elle : elle le quitte donc (« I don’t love you anymore / I don’t think I ever did »).

Avec The King and Queen of America le troisième extrait, Eurythmics joue la carte de l’humour et de l’autodérision. On les voit incarner différents duos, comme des stars de cinéma à une première, des présentateurs de télévision, Annie Lennox jouant même le rôle d’une pom pom girl et Dave Steward celui d’un footballeur américain. Évoluant dans l’univers du rodéo, avant de revêtir le rôle du président et de la première dame des Etats Unis. Autant de personnages et de personnalités qui font toute la fierté de l’Amérique.

Angel, le dernier single, Eurythmics annonce un changement de registre. Le titre est un aperçu vocal, des futurs compositions d’Annie Lennox en solo. Le clip est en noir en blanc. Il évoque le thème de l’ange. Une main suivit d’une autre, illustre les premiers plans de la vidéo. Une séance de spiritisme se prépare dans le but d’invoquer les anges. Eurythmics se veut plus spirituel, plus profond. Eurythmics nous invite à prendre conscience que chacun de nous est entouré de son ange gardien, aussi faut-il apprendre à communiquer avec lui dans la vie.

Aux États-Unis, (My My) Baby’s Gonna Cry  est sorti en cinquième single, mais n’a pas réussi à se classer. Ce titre est un duo entre Annie Lennox et Dave Stewart qui, pour la première fois, est crédité comme chanteur.

Le 14 novembre 2005, SonyBMG a ressorti le back catalogue des Eurythmics dans de nouveau packaging, incluant une Edition Deluxe, We Too Are One. Le tracklisting original y est complété par des bonus et des remixs (mentionnés sur la pochette). Malgré le succès raisonnable des quatre singles, aucun n’est inclus dans le Greatest Hits de 2005, Ultimate Collection.

Sébastien Mouton, le 05/08/15

Tracklisting

  1. « We Two Are One »4:32
  2. « The King and Queen of America » 4:31
  3. « (My My) Baby’s Gonna Cry »4:54
  4. « Don’t Ask Me Why » 4:21
  5. « Angel » 5:10
  6. « Revival » (Lennox, Stewart, Charlie Wilson, Patrick Seymour) 4:06
  7. « You Hurt Me (And I Hate You) » (Lennox, Stewart, Chucho Merchan) 4:23
  8. « Sylvia » 4:44
  9. « How Long? » 4:41
  10. « When the Day Goes Down » 5:57

2005 Special edition bonus tracks

  1. « Precious » 3:36
  2. « See No Evil » 4:14
  3. « The King and Queen of America » (Dance remix) 6:11
  4. « Angel » (Choir version) 5:47
  5. « Last Night I Dreamt That Somebody Loved Me » (Marr, Morissey) 3:24

Sources : Wikipédia

Commentaires :

RockThisWeb : Toute l'actualité musicale